Une semaine de retraite Vipassana à Chiang Mai

Dès le premier jour de cette retraite Vipassana j’ai compris que ça ne serait pas des vacances…


Les principales règles :
*Ne pas parler
*Ne pas manger d aliments solides après midi soit un jeûne de 19h par jour
*Pas de fruits, pas de sucre (on peut éventuellement acheter des gâteaux ou chips dans leur petite boutique mais j’ai fais le choix de faire une détox..histoire de compliquer un peu plus l’expérience)
*Ne pas lire, ne pas écrire ni écouter de la musique, ne pas utiliser le téléphone…
* Pas d’alcool, de drogue, de sexe …

Douche à l’eau froide, confort de la chambre très sommaire : je dors sur un matelas aussi dur que sur la planche en bois sur laquelle il est posé!
Bref aucune distraction et une vie qui ressemble fortement à celle des moines!

Bizzarement le plus simple à respecter a été de ne pas parler pendant une semaine! J’en vois déjà certains sourire à la lecture de ces mots mais ca été très façile finalement et j’aurai pu continuer plus longtemps d’ailleurs!

Nous sommes une quinzaine de méditants, tous habillés en blanc c’est la règle. Les arrivées peuvent se faire chaque jour et chacun reste le temps qu’il souhaite. Ca peut etre 1, 2 jours, 4 jours, une semaine comme moi, 10 jours ou 21 jours. Je me suis dis que pour une premiere expérience une semaine ça serait déjà pas mal!
Le centre de méditation est en pleine forêt, en contrebas du temple Doi Suthep à Chiang Mai, il n’est pas conseillé de se rendre au temple afin de rester vraiment dans notre bulle et focus sur notre méditation.

Je vais vous présenter une journée type…qui est strictement la même de jour en jour!

  • Le réveil à 5h du matin ça pique un peu mais je m’y fais assez facilement!
    À 5h30 on a rendez vous dans la salle commune pour le Dhamma Talk, le moine professeur nous parle de textes sacrés, de philosophie bouddhiste et d’exemples tirés de nos vies quotidiennes…le plus dur c’est de décoder son anglais, je ne capte pas tout, mais l’essentiel est là.
  • À 7h on prends le « petit déjeuner »…riz légumes ou soupe hummm c’est pas façile d’autant plus que ce n’est pas bon..
  • À 11h le déjeuner, pas de folie là non plus on reste dans les mêmes tons…riz, nouilles, légumes,quelques morceaux de poulet ou porc pas ragoutants (ici aussi le poulet et le porc ne sont pas considérés comme de la viande et font donc parti de leur régime végétarien)
    Même si ce n’est pas bon, je mange car le prochain repas ne sera que le lendemain à 7h! Ça a été assez difficile de jeûner pendant 19h, surtout les premiers jours et de devoir s’endormir en ayant très faim sachant que le dernier repas date du matin…
  • À midi on a un rdv individuel avec le moine professeur pour faire le bilan de la veille et afin qu’il nous explique les exercices de méditation à faire dans la journée, c’est le seul moment où l’on est autorisé à parler!
  • À 18h c’est le Chanting, on chante pendant 1h des textes sacrés…en Tibétain!  » Le OM Chanting est une pratique de groupe qui utilise le pouvoir transformationnel du OM pour activer le potentiel d’auto-harmonisation en chacun. La pratique transforme la négativité en énergie positive, aide à purifier l’environnement local, entretient le bien-être physique, émotionnel et spirituel des participants. »
    Je me suis sentie dans mon élément dès les premiers instants c’était d’ailleurs assez déconcertant !

Le reste de la journée est consacré à la pratique de la méditation debout ou assise…chacun gère son temps comme il le souhaite.
Là où avant je n’arrivais pas à dépasser les 10 minutes de méditation par jour, j’ai réussi à faire des sessions de 30 min et à atteindre 2h de méditation par jour, alors je suis loin des 8h de méditation requises chaque jour mais personne n’est parfait comme dit le moine il faut y aller étape par étape et surtout conserver ces bonnes habitudes par la suite.

  • A 19h la journée est terminée, on peut continuer à méditer la salle est d’ailleurs ouverte toute la nuit, personnellement je rejoignais ma chambre et j’essayais de ne pas trop cogiter, de ne pas penser à la faim et de trouver le sommeil!

Ce que j’ai appris c’est que le moindre pas est une avancée, on ne peut pas acquérir des réflexes qui ne sont pas innés pour nous occidentaux en seulement une semaine.

Chaque jour est vraiment différent en terme de ressenti, le premier jour où je me suis assise sur le coussin de méditation, j’ai pleuré…
Cette aventure de partir seule en Asie et de venir dans ce temple pour méditer je l’avais depuis le début en tête, je ne savais pas pourquoi mais le besoin était là. Et j’ai compris dès ce premier jour que j’avais besoin d’évacuer mes émotions et mes blessures, d’arrêter de mettre un voile sur la moindre émotion mais au contraire de l’observer, l’accepter et la laissée partir…
Peu importe le degré de l’émotion, peu importe si ça ne nous parait pas si grave, si elle est là c’est qu’il faut en faire quelque chose!
J’ai compris qu’il n y a qu’en s’arrêtant et en s’observant que l’on peut faire le vide et surtout comprendre qui l’on est vraiment.
Ce soir là j’ai laissé partir ce qui devait partir…

Le deuxième jour était étonnamment simple, trop simple…
Effectivement le 3ème jour a été le contrecoup, très dur pour moi, la faim était très présente (j’ai perdu 3 kilos au fait hein…on adore!) et surtout aucune distraction pour la faire passer. La méditation a amené bien évidemment toutes sortes de questions et réflexions sur la vie, ma vie…
J’ai craqué en utilisant un peu mon téléphone, ça m a fait du bien, ça m’a reboosté et ça m’a surtout motivé à continuer cette expérience.
(Je ne citerai pas de nom mais quand tu as faim comme jamais et que la personne avec qui tu tchates est en direct du Macdo…no comment hein…)
J’ai bien fais de rester motivée et de me dire que le lendemain serait un autre jour…puisque le 4ème jour s’est très bien passé!
C’est fou comme dans une vie sans distraction, chaque petit plaisir devient immense. Le midi avec l’habituelle nourriture immangeable…on a eu un biscuit au chocolat…quand tu n’as pas mangé de sucre depuis 4 jours, tu ne peux que le savourer!
Le moine nous annonce ce jour là que nous sommes chanceux le lendemain c’est le Buddha Day, qui est fixé en fonction de la pleine lune et que nous allons assister à une cérémonie dans le temple. Dans mon fort intérieur je suis ravie de savoir que le rythme de la journée sera un peu différent…et surtout je souris à l’idée de participer à une full moon party…spirituelle.

La cérémonie du jour de Bouddha se passe en fin de journée, dans le temple au milieu des touristes, ça fait bizarre de revenir pour un temps « à la vraie vie ». Les moines chantent des prières, on observe sagement derrière eux..les touristes se demandent je pense ce qu’on fait là tous vêtus de blanc…
À la fin on fait 3 fois le tour du Stupa et on fait une offrande de fleurs et d’encens. L’énergie qui se dégage de ce moment est particulière, moines, méditants, touristes et Thaïlandais se mélangent pour rendre hommage à Bouddha…
Après environ une heure de cérémonie, fin de la distraction, on redescend dans notre « prison » méditative!
Le 6 ème jour a été le pire de tous…pleine lune oblige je n’ai pas dormi de la nuit…la journée a été très longue surtout que je ne peux tellement plus manger les repas servis que mon corps s’est rendu malade tout seul! De grosses crampes au ventre qui ont fini par s’atténuer…mais clairement heureusement que j’arrive à la fin, à ce moment là je lutte contre/avec/pour moi et c’est le mental qui fait que je continue. Quoiqu’il en soit je reste convaincue que ce dépassement de soi est bénéfique!
Le 7ème jour je me sens légère et libérée, je sais que le lendemain matin ça sera fini. Mon dernier petit déjeuner est même moins mauvais que d’habitude!
Ces 7 jours ont été en dents de scie mais pas plus que notre mental dans la vie de tous les jours en fait, c’est juste que là tu as tout le loisir pour l’observer et l’analyser, chose que l’on fait trop peu habituellement. J’en ressors plus apaisée, confiante, sereine et heureuse tout simplement.

Les mots que je retiendrais de mes quelques expériences bouddhistes depuis un mois que ce soit au Japon ou ici :

  • Ce n’est pas le confort d’une maison ou d’un lit qui fait qu’on dort bien et serein…tout commence dans la tête.
  • On ne peut pas changer ce monde qui va à toute allure, on ne peut pas changer les gens ni leurs actions…mais on peut commencer par changer ce qu’il y a en nous et notre façon de voir et d’interpréter les choses.
  • L’important n’est pas dans la forme, mais dans l’essence.
  • On est né pour être heureux et se dépasser, pas pour acheter la dernière voiture ou le dernier vêtement à la mode ni avoir une grosse maison. Plus on a et plus on veut en pensant que ça comblera le vide en nous alors que le bonheur se situe en nous, tout simplement.

Je suis tellement reconnaissante d’avoir pu vivre cette retraite ici, à la fois très difficile mais aussi très enrichissante! Voici le lien du centre avec toutes les informations.
On m’a demandé combien ça coûtait : c’est gratuit.
C’est le principe même du bouddhisme de permettre l’accès à la connaissance et l’expérience pour tous. Ça fonctionne sur donation, j’ai donné l’équivalent de mes dépenses pour une semaine en Thaïlande, ça permettra à d’autres et pourquoi pas à vous de tenter l’expérience.
Pour les Toulousains qui n’ont pas envie d’aller aussi loin je vous recommande vraiment le centre bouddhiste de Lavaur qui propose des initiations au bouddhisme, retraites méditatives et formations de développement personnel. (Il y’a de l eau chaude, les lits sont confortables et la nourriture y est excellente, en gros c’est un centre bouddhiste 4 étoiles)

Mon conseil pour tous ceux qui sont intéressés par une retraite méditative Vipassana, allez-y osez, vous vous ferez votre propre idée! Ce que j’aime par dessus tout dans le bouddhisme c’est la tolérance, on peut être athé ou pratiquer une autre religion tout en profitant de cette philosophie de vie qui est réellement ouverte à tous.
Chaque vécu et ressenti est différent, mais une chose est sûre, l’expérience ne vous laissera pas indifférent, on en sort forcément grandit!

Mon tour d’Asie et cette retraite Vipassana c’était plus qu’un rêve, un réel besoin de lâcher prise, quelque chose qui ne s’explique pas, j’ai suivi mon intuition, je me suis enfin écouté et j’en suis plus qu’heureuse! Maintenant j’ai besoin de vacances pour m’en remettre et ça tombe bien je pars buller sur les îles Thaïlandaises, un changement radical qui va me faire le plus grand bien!

A suivre dans les prochains mois, un autre grand rêve : la rencontre avec le Dalaï-lama en Inde…

8 Replies to “Une semaine de retraite Vipassana à Chiang Mai”

  • J’ai lu avec intérêt ton expérience. C’est super de vivre ses rêves et quelquefois bien courageux… 😉
    À très vite
    Je t’embrasse très fort 😘
  • Quel plaisir de te lire petite Angélique. Certes ça ma fait sourire que tu ne puisses pas parler lol mais tu écris si bien (tu devrais te reconvertir d’ailleurs) lol. Alors je te félicite pour cette expérience incroyable une retraite pas facile et qui m’aide à moi aussi à me recentrer sur l’essentiel et me satisfaire des bonheurs simples. Pour le « Chanting » j’aimerai que tu m’inities et chanter chaque matin dans ma voiture pour me rendre au bureau le reste de la journée serait alors plus zen lol.
    Voilà ma belle encore Bravo et bulle bien en Thaïlande bien mérité. Je t’embrasse fort fort fort
  • effectivement belle expérience je pourrais tenir peut-etre 3/4 jours pas plus bravo tu as un moral d acier suis fier de toi comme dis ton amie tu pourrais te reconvertir comme écrivain c est tellement bien raconté fort ,émouvant a creuser…………. papa qui t aime
  • Je viens de terminer cet article avec l’envie d’en savoir plus sur la méditation, le bouddhisme et l’introspection. Merci pour ce partage d’expérience. On admire le courage de s’affronter soi-même car c’est LE vrai combat de notre vie. En attente de la suite 😊
  • Belle expérience et courageuse d’aller jusqu’au bout de tes rêves cela va te forgé encore plus ta personnalité et ce que tu voudras dans ta vie.
    Bonne continuation. Manon David Patricia
  • Super article. Grace a ton témoignage, on peut se faire une idée de ce genre d experience assez peu commune.
    Bravo en tt cas pour ta tenacite et ton courage car c est tellement aux antipodes de nos vies actuelles, qu une semaine c est déjà énorme ! Je pense que tu as beaucoup appris 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *