Arrivée chaotique en Malaisie et coup de cœur sur l’île de Kapas…

Passage de frontière terrestre entre la Thaïlande et la Malaisie et volontariat qui tombe à l’eau…

Etant donné que j’étais sur les îles de l’Est de la Thaïlande, j’ai pris le bateau depuis Koh Tao pendant 2h puis le train de nuit (27€) depuis Chumphong pendant environ 13h afin de rejoindre Sungai Kolok , dernière ville Thaïlandaise avant la frontière. Cette zone n’est pas très recommandée du fait de la présence d’un conflit entre rebelles Malaisiens et Thaïlandais, cependant hormis une présence plus importante de militaires, je ne me suis pas du tout sentie en insécurité.
J’ai pris un taxi scooter depuis la gare pour me rendre à la frontière Thaï, les formalités de sortie sont très rapides, et j’ai pu ensuite traverser le pont qui mène à la Malaisie. C’est la première fois de ma vie que je passais une frontière à pieds et en sac à dos ! Quelle belle expérience !
J’ai passé les deux frontières en 10 minutes, et ensuite j’ai attendu au bord de la route le bus n° 29 qui m’amènera en 1h à Kota Bharu (1€).

Le Nord Est de la Malaisie est moins touristique que le reste du pays, les Malais et donc musulmans y sont en majorité, on y voit moins la mixité culturelle. J’ai déjà visité toute la partie ouest en 2016 donc j’avais envie de découvrir d’autres lieux, et surtout, Kota Bharu devait être l’endroit de mon volontariat… (ville sans aucun intérêt)
Ça aura duré à peine 24 heures puisque dès mon arrivée je ne me suis pas du tout sentie à l’aise. Sur le papier c’était super, un hôtel où il y a des activités autour de la permaculture, de la ferme, de l’écologie et du kayak… Sauf qu’en réalité les lieux étaient très mal entretenus, à la limite de l’insalubrité et de plus au lieu de dormir dans un dortoir j’ai du passé ma première nuit dans une sorte de cabane dans les arbres … Alors je veux bien partir seule à l’aventure à l’autre bout du monde mais dormir en pleine nature dans une cabane à moitié ouverte ainsi que les conditions d’hygiène déplorables, c’était vraiment trop pour moi. Mon premier jour en Malaisie a donc été très difficile, je ne me voyais déjà pas passer une nuit là bas et encore moins 3 semaines comme je l’avais prévu, les émotions sont décuplées dans ces moments là et je n’ai pas passé ma meilleure nuit ! Le lendemain matin je suis donc partie et c’était la meilleure chose à faire ! Faire du volontariat me tenait à cœur, mais pas dans n’importe quelles conditions et surtout pas au détriment de mon bien être! Je retenterai l’expérience plus tard histoire de ne pas rester sur un échec!
Avec du recul je me dis que ça fait aussi parti de l’aventure, il ne peut pas y avoir que de bons moments, le tout c’est de savoir relativiser et de prendre de la distance sur les choses. C’est ça aussi le voyage, lâcher prise en acceptant d’aller vers l’inconnu, être surprise et prête à rencontrer quelques difficultés...

Terengganu

Sur les conseils de voyageurs sur un forum, je me suis donc rendue dans la ville de Terengganu. J’y ai passé deux jours, j’ai visité le très joli quartier de Chinatown ainsi que les deux plus belles mosquées de la ville, le night market du samedi soir était très agréable mais surtout j’y ai rencontré Eli, une institutrice Allemande qui était dans le même dortoir que moi. On s’est tout de suite très vite bien entendues et c’était plus que bienvenu après ma mésaventure des jours précédents! On se fait souvent prendre en photo ici, comme la famille qui a accepté de nous ramenées en ville car le bus ne passait pas… Normalement il est assez facile d’échanger avec les Malais car leur seconde langue est l’anglais, mais dans cette partie du pays c’est plus difficile, quoiqu’il en soit on arrive toujours à se faire comprendre et à passer de bons moments, c’est l’essentiel!

L’île de Kapas

Eli et moi on avait la même envie : se rendre sur Pulau Kapas, on a donc décidé d’y aller ensemble et d’y partager une chambre plutôt que de camper sous 40 degrés!


L’île de Kapas, entourée par la mer de Chine, est une île comme je n’en ai en jamais vu auparavant, pas de resort, les réservations de guesthouses sont impossibles sur internet, il faut chercher où dormir quand on arrive sur l’île ! (il vaut mieux éviter les week-end car cette île est prisée des Malais et Singapouriens et il n y a qu’une dizaine d’hébergements) Après 3 refus on a trouvé notre petit coin de paradis, le confort était très sommaire mais on a été tellement bien accueillies par le propriétaire ! Pendant 6 jours on a donc partagé une cabane au bord de l’eau et on s’est réveillées et endormies au son des vagues (15€ la nuit – Pakya Sea View) Zai est un malais plein d’humour installé sur l’île depuis plus de 15 ans et lui ainsi que les quelques autres gérants d’hébergements s’attachent à préserver cette île du tourisme de masse. Etant donné que beaucoup de gens préfèrent réserver en amont, ils passent leur chemin sur ce petit paradis…et c’est tant mieux!
J’allais oublier ce qui fait aussi le charme de cette île : quasiment pas de wifi, des coupures d’électricité régulières et l’arrivée en bateau se fait directement sur la plage!

Au programme de ces 6 jours : dormir, manger, rigoler, plonger, bronzer, et recommencer ! D’ailleurs le ton est donné dans plusieurs endroits de l’île on peut lire ici et là des petites citations qui incitent à la slow life!

L’île de Kapas fait seulement 2 kilomètres de long et les habitations sont concentrées sur la partie ouest. Certains s’ennuieraient peut être mais moi j’ai adoré! J’ai complètement déconnecté de tout, je ne savais plus vraiment quel jour on était, et c’était tellement agréable de sympathiser avec les gens en toute simplicité…et de se recroiser forcément dans la journée sans avoir besoin de se donner de rendez vous!

Pour se rendre sur l’île de Kapas : depuis la jetée de Marang on peut prendre à partir de 9h et toutes les 2h jusqu’à 17h un petit bateau de pêcheur qui nous emmène sur l’île pour 40 RM aller retour soit moins de 10€. Attention on est coupés du monde sur l’île donc pas de distributeur d’argent, il faut anticiper avant de prendre le bateau à Marang.
Pour ceux qui souhaiteraient se rendre sur l’île en réservant en amont, n’hésitez pas à me demander les coordonnées personnelles de Zai.

Avant même de partir j’avais déjà modifié mes envies de voyage et de visites de certains pays, mais depuis maintenant 2 mois que je suis partie, je confirme que les choses continuent d’évoluer…et c’est tant mieux ! J’ai donc du revoir mon programme pour la Malaisie étant donné que je ne voulais pas revenir aux endroits que j’avais déjà découvert il y a 3 ans…je prends donc la direction de l’île de Bornéo pour les deux prochaines semaines!

2 Replies to “Arrivée chaotique en Malaisie et coup de cœur sur l’île de Kapas…”

  • Salut Angélique,
    Je lis avec un peu de retard ton passage en Malaisie.
    J’avais entendu parler de l’abus de certains pour les volontariats mais comme tu dis il faut essayer pour savoir. Et puis je pense que tu peux trouver ce type d’expérience dans de bonnes conditions.
    Nous te trouvons radieuse et totalement transformée. Manon avait du mal a te reconnaître sur les photos !
    Superbe visite et le top l’île de Kapas !!!
    Cela donne juste envie de s’y rendre et de passer plusieurs jours en totale déconnexion.
    Biz et bonne continuation de ton périple mondial.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *